AMARC México

Antenne mexicaine de l'Association Mondiale des Radios Communautaires. Le mouvement des radios communautaires, de plus en plus connu depuis quelques années comme mouvement des « radios citoyennes », est l'héritier des « écoles radiophoniques » initiées en Colombie dans les années 1940 à destination de populations pauvres de zones rurales, auquel a succédé le mouvement des « radios populaires », liés à des revendications de luttes sociales dans les années 1960 (CALLEJA, SOLIS, 2005 : 22). Les radios communautaires sont largement représentées, au niveau mondial, par le « réseau » AMARC, une organisation non-gouvernementale (ONG) créée en 1983 à Montréal au Canada, à l'occasion de l'Année Internationale des Communications promus par les Nations Unies. AMARC est aujourd'hui implanté sur 5 continent et 110 pays, et compte environ 3000 associés (www.amarc.org). D'après Daniel Ivan Garcia, représentant national d'AMARC-México depuis janvier 2006 et membre fondateur de La Voladora Radio, une radio communautaire située à Amecameca, au sud de l'Etat de México, AMARC-México est né en 1992 après l'Assemblée Mondiale d'AMARC dans la ville de Oaxtepec, Etat de Morelos. Lors de cette assemblée, plusieurs radios mexicaines dites « indigènes », c'est-à-dire dépendantes de l'Institut National Indigéniste (INI), déclarent se reconnaître dans les principes fondateurs de l'ONG et décident de fonder AMARC-México. L'organisation naît d'une initiative de gens de médias affiliés à l'Etat central, mais connaît par la suite un processus de « citoyennisation » : « l'intention de ces radios était très bonne, mais en réalité elle faisait partie de l'Etat, elles n'avaient rien à voir avec l'idéal de la radio communautaire. Donc, ce qui s'est passé ensuite, c'est ce que j'appellerais un processus de citoyennisation 'passive' d'AMARC. […] Il existait une représentation citoyenne d'AMARC, mais il n'y avait pas un mouvement d'AMARC au Mexique […] ou de quoi générer un mouvement […] Au final, s'il y avait bien une tentative pour articuler les efforts citoyens de communication alternative et communautaire, elle n'était pas effective » (Entretien réalisé par Benjamin Ferron, México, 04/03/06). Un premier changement intervient cependant en 2000 avec l'arrivée d'une nouvelle direction d'AMARC-Amérique Latine et l'élection, en 2002, de Aleida Calleja en tant que représentante d'AMARC México, qui va « donner une légitimité très importante à la représentation nationale, et servir de détonateur pour l'articulation du mouvement de la radio communautaire dans notre pays […] A partir ce moment, le nombre de membres d'AMARC-México augmente » (ibid.). Une bataille juridico-politique va être menée dès ce moment, visant à faire bénéficier les radios affiliées à AMARC-México de permis de diffusion, auprès de la Secretaria de Comunicacion y transporte, conformément à l'article 13 de la Loi Fédérale de Radio et Télévision – bataille au terme de laquelle 11 radios vont être « permissionnées ». C'est donc à travers une lutte contre une institution de l'Etat fédéral, que le « réseau national » se constitue. Un des aspects de cette bataille est la définition du terme de « communauté » : alors que du point de vue officiel, le terme se réfère au « communautés indigènes », les militants d'AMARC en donnent une définition beaucoup plus large, qui inclus n'importe quel « groupe d'affinité », socialement dominé, sur une base sexuée (femmes, homosexuels), générationnelle (jeunes), ethnique (indigènes), de classe (paysans) ou territoriale (communauté rurale, de quartier). En 2005, AMARC-México regroupe ainsi un ensemble d'ONG ou d'associations civiles qui utilisent la radio comme outil principal ou secondaire de promotion du changement social. Les membres d'AMARC-México en 2005 sont au nombre de 18 : SIPAM (Salud Integral para la Mujer), à travers son centre de production radiophonique, Comunicacion Comunitaria, Radio Guadalupe, Omega Experimental, Radio Teocelo, Radio Huayacocotla, La Voladora radio, Radiobemba FM, Neza Radio, Radio Calenda La Voz del Valle, Ecos de Manatlan, Radio Jën Poj, Radio Nandia, Radio Erandi, Radio Uandarhi, Cultural FM, Proyecto Campo Ciudad, La Charamusca (CALLEJA, SOLIS, 2005 : 243-244). Parmi ces organisations, 7 sont situés dans la ville et l'Etat de México, 2 dans l'Etat de Veracruz, 1 dans l'Etat de Sonora, 3 dans l'Etat d'Oaxaca, 1 dans l'Etat de Jalisco, 3 dans l'Etat de Michoacan, 1 dans l'Etat de Morelos.

fr/map/americas/mexico/amarc_mexico/start.txt · Last modified: 2020/12/20 20:55 (external edit)