Voice of Kids

“Aperçu du projet :

Voice of Kids

Février 2008 – Février 2009

Coordinateur du projet : Wajdi Yaeesh (0599 388 399 – wajdiyaeesh@gmail.com)

Contact en français : Anne-Claire Yaeesh (0599 15 15 50 – acyaeesh@gmail.com)

Le projet Voice of Kids a l’ambition de former des jeunes à devenir des leaders. L’idée, la vision et les méthodes de travail derrière ce projet sont bien plus complexes et profondes que cette description « simpliste ». L’idée derrière ce projet est d’aider les enfants à travailler sur eux-mêmes en dépassant les expériences traumatisantes qu’ils ont subies. Nous les encourageons à adopter une approche critique du contexte dans lequel ils grandissent et nous les formons à être en mesure de prendre un rôle actif dans le changement de leur environnement.

Dans ce projet nous allions toutes les méthodes et convictions de HSA, dans un cadre précis : 15 préadolescents palestiniens originaires de Naplouse et de ses environs (vieille ville, camps de réfugiés, banlieues). Au cours de l’année du projet, le groupe formé d’enfants qui ne se connaissaient pas à l’origine, se transformera en un groupe de jeunes activistes plein de pouvoir, uni solidement. Ce groupe se verra à la fin de l’année éditeur d’un magasine !

A propos de nous

« Lorsque des enfants jettent des pierres, ils n’accomplissent pas une action politique violente. Au contraire, ils s’efforcent de jouer un rôle actif et d’exprimer leurs émotions en envoyant un message à l’occupant : les soldats israéliens. Par ce biais, ils choisissent et nous montrent leurs propres besoins et leurs propres thérapies. Si nous considérons cela, nous pouvons répondre à leur mal-être en les accompagnant dans un processus prenant en compte le contexte traumatisant dans lequel ils évoluent, tout en les préservant des risques pris en jetant des pierres et en leur permettant de s’ouvrir sur leur vie et sur leur futur. »

L’association « Human Supporters » (HSA) se définie comme organisation de terrain. Elle regroupe des activistes non-violents contre l’occupation Israélienne. Elle se veut actrice de la promotion de la justice et de l’évolution sociale.

HSA voit la lutte menée sur deux niveaux en parallèle. Le premier niveau passe par l’initiative directe d’actions originales non-violente contre l’occupation israélienne. L’occupation doit être prise en considération dans toute activité parce qu’elle est la base actuelle de tous les enjeux et le contexte dans lequel nous évoluons.

Le second niveau est d’enrichir, mobiliser et servir les communautés locales, en particulier les enfants et les adolescents. Nous souhaitons « ouvrir la voix » aux futurs leader et activistes qui travailleront sur le terrain, en appréhendant l’activisme et la société de façon critique.

Nous sommes un groupe de jeunes militants en lutte constante contre l’occupation israélienne, pour la liberté, l’indépendance, l’évolution sociale et pour un meilleur avenir pour nous et pour nos enfants.

Notre objectif est de former et d’éduquer à l’activisme et au leadership au sein de notre société. Nous voulons créer une plateforme permettant aux militants venus du monde entier de devenir nos camarades dans la lutte pour la justice.

Pour aider les jeunes à devenir des acteurs actifs dans leur vie quotidienne et dans leur société, une grande partie de notre travail est basée sur l’organisation d’ateliers et de stages de formation

Le début…

En mai 2002, à la suite de l’incursion d’avril durant laquelle l’armée israélienne a envahit la ville de Naplouse (et le reste des territoires occupés palestiniens), HSA fut établi dans un premier temps, par un groupe de jeunes urgentistes de Naplouse. L'objectif était de toucher les enfants et les adolescents qui passent par des événements traumatiques de façon quotidienne. L'idée principale était d'apporter un peu de bonheur et de plaisir dans leur vie tout en leur permettant de recouvrer leurs droits en organisant des actions directes non-violentes ou des manifestations.

Nos convictions :

Human Supporters croit à l'approche politico-psychologique : “il n’est pas possible de prendre une expérience traumatisante sans prendre en compte le contexte politique de la vie de ces enfants”.

Devant ce cas de figure il était important d’initier une méthode de travail alliant un travail psychologique et des formations enrichissant le militantisme contre l’occupation, puisque la construction de notre société se fait à une époque d’occupation constante.

Nos méthodes de travail :

Dans un premier temps nous n’avons appliqué que des méthodes psychologiques « classiques » telle que : la libre association, l’art dramatique, la peinture, le partage de récits, etc.

Toutefois, pendant que nous appliquions ces méthodes classiques, nous avons dû faire face, comme d’autres organisation l’ont fait et continuent encore, à de nombreux obstacles et difficultés. Nous n’étions pas dans la capacité de construire un cadre pouvant contenir ces enfants et adolescents. Par exemple, nous n’avons pu être, et ne sommes toujours pas, dans la possibilité d’apporter un espace de protection totale, alors que c’est une condition fondamentale de tout travail avec des enfants traumatisés. Dans un tel contexte, les enfants et les adolescents, ont perdu leur confiance dans l’adulte en tant que source de protection et de sécurité. Comment est-il possible pour eux de croire à un meilleur avenir alors qu’ils sont imprégnés de l’histoire de leurs parents et qu’ils ne connaissent que cette situation depuis qu’ils sont nés ? Ils ont déjà pris conscience que leur futur sera le même que celui des adultes qui les entourent.

En conséquence, nous avons considéré que le meilleur moyen de travailler avec les enfants est, tout en agissant sur le rapport à leurs traumatismes, de s’ouvrir à eux. Nous partageons les difficultés auxquelles nous sommes confrontés en tant qu’adultes et nous leur procurons la protection nécessaire dans un tel contexte. Les inclure dans les discussions autour de la situation actuelle est une façon de regagner leur confiance, en leur prouvant que nous, en tant qu’adultes, nous travaillons dur pour faire changer la situation.

Lorsque des enfants jettent des pierres, ils n’accomplissent pas une action politique violente. Au contraire, ils s’efforcent de jouer un rôle actif et d’exprimer leurs émotions en envoyant un message à l’occupant : les soldats israéliens. Par ce biais, ils choisissent et nous montrent leurs propres besoins et leurs propres thérapies. Si nous considérons cela, nous pouvons répondre à leur mal-être en les accompagnant dans un processus prenant en compte le contexte traumatisant dans lequel ils évoluent, tout en les préservant des risques pris en jetant des pierres et en leur permettant de s’ouvrir sur leur vie et sur leur futur. De cette façon, tout en plaçant les enfants dans un rôle plus actif dans leur vie, en les aidant à comprendre et à analyser le contexte dans lequel ils vivent et en les incluant dans l'élaboration de stratégies pour l'avenir ; nous leur permettons de développer un important mécanisme d'adaptation « La confrontation ”; d’affronter la peur et les traumatismes.

Ainsi, les clowns, les psychologues, les éducateurs et les étudiants se sont orientés vers des actions directes non-violentes contre l'occupation, incluant de façon indirecte les enfants. C’est pourquoi des actions comme des manifestations originales, des pique-niques en « zones non militaires » ou la distribution de messages écris par les enfants aux soldats israéliens représentent un axe important des activités de HSA.

L’autre axe de nos activités inclut les enfants et les adolescents directement, par différentes méthodes telles que : organisations de fêtes, réalisation de camps d’été, la rédaction de messages aux soldats israéliens, la tenue d’atelier de parole aidant les enfants à exprimer leurs émotions, leurs besoins. Nous partageons avec eux le détail et les histoires des actions, nous discutons avec eux du pouvoir et des conséquences de ces actions et finalement nous leur donnons le pouvoir d’apporter plus d’idées et de concevoir de nouvelles actions et activités. HSA a réussi à construire le lien entre l’activisme et le travail avec les enfants et les adolescents.

Grâce à ces méthodes, HSA a réussi à regagner la confiance que les enfants ont perdus dans les adultes qui les entourent, en les aidant et en répondant à leurs besoins tout en considérant la réalité quotidienne qu'ils doivent traverser. “Vous ne pouvez pas être un psychologue, un éducateur ou conseiller passif, vous devez prendre une décision et être militant vous-même si vous voulez que les enfants vous fasse confiance en tant que partenaire ».

Projets et activités en cours :

  • « Voice of Kids » : ce projet a débuté en 2006, son objectif est d’aider des enfants palestiniens à développer leur confiance, leur autonomie, leur capacité à diriger par différentes phases de travail. La première phase est concentrée sur leurs besoins psychologiques, émotionnels et leur bien être. La seconde et la troisième phase les invite à prendre un rôle actif en aidant leur société et en comprenant son fonctionnement ainsi que le contexte politique dans lequel ils vivent. La phase finale est consacrée à l’édition d’un magasine qui documente le processus dans lequel ils ont évolué. Dans ce projet, les enfants sont les éditeurs de leur magasine !
  • “365 jours à Naplouse” : projet d’exposition interactive, relatant la vie à Naplouse durant une année : les moments heureux, les moments tristes, la culture, les traditions, l’occupation. Pendant une année les animateurs de Human Supporters vont attraper « la vie » sur un libre choix de support : photos, vidéos, textes, théâtre, musique, sons, peinture… L’objectif de ce projet est de plonger le visiteur dans Naplouse, l'obliger à réaliser que « l'habitant de Naplouse » pourrait être lui, lui faire partager ce que nous vivons, ce que nous voyons, ce que nous ressentons.
  • Groupe de Dabke : formation au théâtre par le Dabke (dance traditionnelle). L’idée est de donner aux enfants et aux adolescents des outils d’expression. La danse et le théâtre sont d’importants outils psychologiques, émotionnels et politiques.
  • Projet d’émancipation des femmes : ateliers visant à émanciper les femmes dans leur société, et de leur procurer un moyen d’indépendance économique
  • Les camps d'été: chaque été, HSA mène des camps d'été pour une centaine d'enfants venus des quatre coins de la ville de Naplouse. Ces camps d'été visent à apporter aux enfants un peu de bonheur et créer de futurs leaders
  • Fêtes et spectacles: HSA organise régulièrement des spectacles et des fêtes pour et avec les enfants et les adolescents.
  • Action originales semi-régulières contre l'occupation israélienne : telles que des fêtes devant des check-point, des pique-niques en « zones démilitarisées » (du moins censées l’être), l'envoi de messages à des soldats israéliens leur demandant par exemple de refuser de servir dans l'armée…
  • Actions civiques diverses

Voice of kids 2006-2007

En février 2007, sept mille exemplaires de la première édition du magazine furent publiés et distribués dans des écoles, des universités, des associations et des communautés locales à Naplouse, Jénine, Ramallah, Jérusalem, Hébron, à travers la communauté Palestinienne de 48 et quelques associations israéliennes actives.

Le magasine est le résultat de l’ensemble du processus de compréhension d’eux-mêmes des enfants, de leur compréhension des différents problèmes qui les entoure et du rôle actif qu’ils ont pris au sein de leur société. Le magasine a été distribué non-seulement à travers la Palestine mais il atteindra peu à peu le monde extérieur, présentant, ainsi la réalité, subjective et objective, à travers les yeux et les mots de ces enfants.

Le succès de l’année passée à dépassé toutes nos espérances. C’est pourquoi, notre (celui de l’équipe d’encadrement et les jeunes) rêve est de renouveler cette même expérience avec un autre groupe. Ce nouveau groupe profitera des connaissances acquises durant la première édition et les leçons que nous en avons tiré. En outre, nous pensons que la participation du groupe « diplômé », de par leurs expériences et connaissances, apportera un atout renforçant l’impact du projet. Ils seront présents dans le processus d’intégration du nouveau groupe, dans leur parcours global et bien sûr dans les actions quotidiennes de l’association Human Supporters.

Grâce à la procédure d’évaluation que nous avons suivi durant la première édition du magasine, nous sommes en mesure d’affirmer que la compréhension de la réalité qui entoure les enfants et la participation à des actions civiques leurs permettent d’être plus aptes de faire face à leurs traumatismes. Ce projet à également contribué à renouveler leur foi en l’avenir et l’espoir qu’un changement est possible, c'est-à-dire qu’une meilleure vie, la sécurité et le confort redeviennent accessibles. Finalement, devenir les acteurs de leur réalité leur a redonné le courage et la force d’avancer, dans un contexte où ils sont souvent considérés comme des victimes passives.

Grâce à la thérapie du « parler, agir et comparer », ce projet à apporté une aide psychologique aux enfants mais il nous a aussi beaucoup donné. Ce projet nous a démontré, à nous adultes, à travers les grandes réalisations accomplies et rapportées dans leur magasine, la puissance que ces enfants possèdent. Aujourd'hui, nous avons un groupe de jeunes engagés positivement dans leur société, ils représentent l’avenir des militants et des leaders de Human Supporters et à fortiori de Palestine.

Les perspectives

L’originalité de ce projet est que les enfants n’apprennent pas seulement à devenir actifs et responsables dans leur société, il leur permet également d’acquérir une expérience professionnelle. Chacun des enfants aura son propre carnet de travail, et le projet en lui-même sera conclu par un magasine. Ce carnet et ce magasine les suivront tout au long de leur vie, leur donnant les moyens de se prouver et de prouver à leur entourage qu’ils ont le pouvoir de créer quelque chose pouvant influencer les autres. Ainsi, l’ensemble de ce processus et la réalité du magasine lui-même, sera toujours pour eux un rappel de ce qu’ils ont pu réaliser, il sera une « Dynamo » pour leur futur.

Il est possible d’imaginer que dans cinq ans, nous aurons cinq groupes, c’est à dire cinq magasines et au moins 200 enfants. Chaque année le groupe moteur comporte 15 enfants et 30 enfants participent au projet à travers le groupe moteur. Ces jeunes activistes coordonneront les projets et les activités de Human Supporters, ils influenceront et assisteront la direction du magasine chaque année. En outre chacun aura ses compétences et expériences, c’est ce qui leur permettra de continuer à évoluer avec Human Supporters ou dans un autre cadre. Nous prévoyons l’organisation d’une conférence dans cinq ans, incluant tous les acteurs de Voice of Kids. Cette conférence aura pour objectif la mise en lumière du projet, son succès et il permettra d’évaluer l’ensemble du processus pour optimiser les futurs projets.

Les objectifs :

  • Permettre à des enfants palestiniens traumatisés de dépasser leur traumatisme par un processus psychologique sain et ce, grâce à des ateliers et des méthodes uniques. En partageant leurs expériences, leurs histoires, leurs dessins, ils apprennent le « moi » et « autrui ».
  • Eduquer à la collaboration, la solidarité et la coopération au sein d’un groupe. Le groupe réuni des enfants de différents milieux, différentes religions, différents sexes. L’équipe d’encadrement les appuie, les guide dans cette acceptation des différences et le respect dû à « l’autre ».
  • Construire un esprit critique comme un outil pour appréhender les différents problèmes et questions liés au contexte, tout en comprenant leurs problèmes, sentiments, frustrations, etc.
  • Encourager les enfants à organiser et porter des actions civiques, prendre un rôle actif, servir leur société et en promouvoir le changement.
  • Donner aux enfants de l’espoir dans le futur tout en expérimentant les possibilités d’amélioration.
  • Mettre en lumière la réalité des palestiniens et la réalité des enfants palestiniens à travers les yeux des enfants qui apprennent et qui acquissent des outils professionnels pour rapporter les faits.

Les méthodes de travail :

Les méthodes de travail dans ce projet intègrent au même niveau le travail de fond interne (par le biais d’ateliers et de séminaires) et les actions extérieures. Le programme débutera par une formation de l’équipe d’encadrement, incluant les enfants « diplômés » et les membres de l’association. Cela permettra aux participants et à l’équipe de devenir un mouvement solide.

Le reste du projet sera ensuite divisé en 4 phases qui aideront les enfants à passer progressivement d’un travail interne personnel subjectif à un niveau de travail extérieur objectif.

Les différentes phases du projet sont censées aider chaque enfant à s’exprimer à propos d’eux-mêmes, leurs sentiments, apprendre à leur sujet, apprendre des autres. Ce travail se fait au sein du groupe par une interaction active et une méthode de libre expression, de questionnement et de réflexion sur le contexte, dans l’évolution politique et sociale. Nous les interrogeons sur leurs positions, nous leur donnons une chance de participer activement dans l’évolution vers une réalité meilleure. Enfin nous les encourageons à propager leurs idées et leurs recommandations à l’intention des communautés locales et internationales.

Les quatre phases sont un processus graduel de construction où chacun se prépare pour la prochaine étape. La quatrième phase sera consacrée à la documentation des 3 phases antérieures, par le biais d’un magasine dans lequel les enfants sont les éditeurs et principaux acteurs. Le magasine sera publié et distribué localement et internationalement. Ce magasine reflètera l’intensivité de la dynamique d’un groupe d’enfants se dépassant et la réalité de leur enfance sous l’occupation.

Les étapes :

Février 08 Sélection de l’équipe motrice (équipe encadrant et enfants, rencontre des parents)

17 -29 Fév. Séminaire animé par le coordinateur, le superviseur du projet et différentes interventions de professionnels

  • Niveau organisationnel (3 jours)
  • Niveau psycho-éducatif (5 jours)
  • Jour de clôture (1 jour)
  • Débriefing (1 jour)

Mars – Mai 08 Ateliers

  • « briser la glacee »
  • Gagner de la confiance en soi
  • Construction du groupe
  • Subvenir aux besoins psychologiques
  • Encourager les enfants à élaborer à propos d’eux-mêmes
  • Préparer les enfants au travail
  • Grande fête (31 mai) célébrant l’accomplissement de la première phase

Juin-Juil. 08 Actions et activités extérieures

  • Au moins 6 grandes actions et de nombreuses autres quotidiennes seront accomplies selon les idées des enfants.

L’an passé les enfants avaient proposé : peindre les pierres des maisons détruites par l’armée israélienne, campagne de promotion des produits locaux palestiniens, rendre visite à des handicapés dus à des agressions israéliennes, visiter des enfants malades à l’hôpital et leur apporter des roses ou des cadeaux, rendre visite à des proches de prisonniers politiques, journée consacrée à nettoyer les parcs et rues que les enfants utilisent régulièrement….

  • Journée piscine : « fête du travail victorieux ! »

Aout – Oct. 08 Travail journalistique

  • Formation journalistique
  • Interviews
  • Pique-nique (25 octobre)

Nov. 08 – Janv. 09 Phase d’édition du magasine

  • Formation des enfants diplômés face aux difficultés rencontrées durant cette étape
  • Formation informatique (Microsoft, Photoshop, Adobe)
  • Sélection du matériel des étapes précédentes qui sera reporté dans le magasine
  • Organisation des informations
  • Présentation sous forme de magasine des informations

Février 09 Finalisation du projet

  • Conférence de clôture
  • Distribution du magasine dans les écoles, les universités, les associations
  • Traduction du magasine”
fr/map/arab_world/palestine/voice_of_kids.txt · Last modified: 2011/07/09 20:47 (external edit)